Algeriades > 2006 > Messaoud Benyoucef

  Le Nom du père de Messaoud Benyoucef

"Où sa quête mènera-t-elle ce fils de harki au passé et au présent barrés ? Que trouvera-t-il au bout du chemin et que choisira-t-il ?" Troisième moment d’une aventure artistique inaugurée avec Lettres à Jeanne et Dans les ténèbres gîtent les aigles, deux textes de Messaoud Benyoucef déjà portés à la scène par la compagnie Bagages de Sable, Le Nom du père "sonde un autre de ces lieux où la mémoire des vaincus de l’Histoire, entravée et bâillonnée, n’en finit pas de se débattre. Et s’il arrive que les bâillons sautent et que les bouches s’ouvrent, la parole libérée n’est alors jamais aussi près de se tromper d’avenir : happés par la fabrique du malheur au présent, les porteurs de cette mémoire sont mûrs pour une répétition compulsive du passé. A moins que ne se dévoile à eux la vérité profonde de leur demande et qu’ils soient enfin capables de la nommer, l’amour."

Le Nom du père de Messaoud Benyoucef a été créé le 22 février 2005 au théâtre Le Passage à Fécamp par la compagnie Bagages de Sable. La mise en scène est signée de Claude-Alice Peyrottes à qui l’on doit également la création de Lettres à Jeanne, puis de Dans les ténèbres gîtent les aigles qui fait revivre Abane Ramdane, la grande figure de la lutte pour l’indépendance exécuté par ses compagnons d’armes.

Mais Le Nom du père n’a pas été au goût de plusieurs associations d’enfants de harkis qui se sont estimées diffamées et injuriées. Au printemps 2005, l’auteur Messaoud Benyoucef, la directrice des éditions l’Embarcadère Alice Yvernat et la metteuse en scène Claude-Alice Peyrottes se sont vus intenter un procès en diffamation pour « propagation idéologique sous couvert de production littéraire et théâtrale ». Le 20 octobre 2006, l’association Générations Mémoire Harkis a été déboutée de sa plainte pour diffamation à l’encontre de la pièce, par le tribunal correctionnel de Paris.

Salué pour sa traduction de l’œuvre du dramaturge Abdelkader Alloula, l’universitaire et écrivain Messaoud Benyoucef est en outre l’auteur de La Sainte Triade créé par la compagnie Scarface ensemble ainsi que d’un thriller politique intitulé L’Algèbre de la mort.



- 11 mai - 12 juin 2005, Paris / Théâtre de l’Épée de Bois, Route du Champ de Manœuvre, Cartoucherie de Vincennes, Tel. : 01 48 08 39 74
- 21 - 22 avril, Théâtre de l’Agora - Scène Nationale d’Evry et de l’Essonne
- 16 avril, Morsang sur Orge / Salle Pablo Neruda, Tel. : 01 69 72 20 30
- 2 avril, Service du développement culturel de Palaiseau, Tel. : 01 69 31 56 20
- 29 et 30 mars, Le Volcan - Scène Nationale du Havre, Tel. : 02 35 19 10 10
- 24 mars, Louviers / Théâtre du Grand Forum / Scène Nationale d’Evreux Louviers
- 18 mars, Canteleu / Espace Culturel François Mitterrand
- 22 - 25 février 2005, Théâtre Le Passage à Fécamp, Tel. : 02 35 29 22 81



Le Nom du père de Messaoud Benyoucef
Par la Compagnie Bagages de Sable
Mise en scène de Claude-Alice Peyrottes
Avec Alice Beat, Jean-Guy Birota (ou Patrick Michaëlis), Nordine Hassani, Lyazid Khimoun, Fabienne Margarita, Gilles Najean et Jean-Pierre Niobé



- Le Nom du père de Messaoud Benyoucef (Paris, Editions L’Embarcadère, 2005)

Lire aussi
Messaoud Benyoucef (1943-2017)
Dans les ténèbres gîtent les aigles


Home | © algeriades 2000 - | Contact | |
Aucune reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation préalable de l'éditeur.