Algeriades > 2013 > Lotfi Achour

  La Comédie indigène de Lotfi Achour

"C’est bien connu, le Chinois est "lubrique" et a "les muqueuses couleur carmin"... La Négresse, pourtant "admirable de forme", a "le cerveau gourd et stagnant". L’Arabe est "fourbe", "sodomite" et... "nyctalope". L’indigène a une vie "essentiellement végétative et instinctive" et c’est "une sécrétion fournie par le foie qui noircit la peau de l’Ethiopien"... Florilège "du fantasme et du cliché, xénophobie tranquille, racisme estampillé scientifique ou labellisé par les grands esprits", le spectacle présente le regard de l’Occident sur l’habitant des colonies, le "Noir", le "Maghrébin" et l’"Asiatique", barbare et lointain, à partir notamment d’extraits du livret distribué aux militaires français partant aux colonies (1927) et de citations empruntées à Hugo, Lamartine, Maupassant, Tocqueville, Gide ou Conrad.

Interrogé sur son travail pour ce spectacle, Lotfi Achour a rappelé que celui-ci "a d’abord consisté à accumuler un matériau très hétéroclite, constitué d’écrits scientifiques (ou considérés comme tel) sur l’inégalité des races, de textes de grands écrivains principalement du XIXe, de chansons exotiques et coloniales, de débats à la Chambre des députés entre 1830 et 1847". "Je crois qu’en interrogeant cet imaginaire, ajoute le metteur en scène, je n’interroge pas seulement les Français de "souche", mais aussi les autres, les Noirs, les Arabes... En effet, je pense que le spectacle s’adresse aussi à eux, à la fois comme "producteurs" de clichés à leur tour, mais aussi comme personnes ayant intériorisé les images qu’on a créées d’eux. [...]"

Lotfi Achour et né et a grandi dans la Médina de Tunis. Directeur de théâtre à Grenoble durant quatre ans, metteur en scène de théâtre et réalisateur de films, il a en outre obtenu une Bourse d’écriture du Festival du Cinéma méditerranéen de Montpellier pour s’atteler, avec Natacha de Pontcharra, au scénario de son premier long métrage.
Hobb Story, Sex in the Arab City est sa dernière pièce. En s’attaquant à la question de l’amour à la télévision, le spectacle déconstruit les clichés de la bonne société arabe. (Photo © Pascal Colrat)



25 mai 2013 à 20h30, Miramas / Théâtre La Colonne


- 17 - 28 janvier 2012, Paris / Le Tarmac (ex-Théâtre de l’Est Parisien), 159, avenue Gambetta, Paris 20e
- 24 mars - 28 mars 2009, Théâtre des Quartiers d’Ivry / Studio Casanova

- 18 - 19 mars 2009, Valenciennes / Le Phénix
- 21 octobre 2008, Cahors / Théâtre Municipal
- 15 octobre 2008, Taverny
- 2 - 27 octobre 2007, Le Tarmac / Paris / La Villette
- 14 - 23 décembre 2005, Grenoble / Théâtre 145



La Comédie Indigène
Conception et mise en scène de Lotfi Achour
Textes et citations de Dr Jacobus X, Le Français selon la méthode Gouin, Joseph Conrad, André Gide, Victor Hugo, Lamartine, Marx, Guy de Maupassant, Achille Mbembe, Alexis de Tocqueville, chansons coloniales...
Avec Thierry Blanc, Marcel Mankita, Ydire Saïdi, Lê Duy Xuân
Assistante à la mise en scène : Olfa Ben Achour
Collaboration artistique : Natacha de Pontcharra
Scénographie Lotfi Achour et Eric Proust
Costumes : Geneviève Goffinet
Lumière : Manuel Bernard
Installation vidéo : Frédéric de Pontcharra
Son : Alain Lafuente
Musique : Clément Janinet

Lire aussi


Home | © algeriades 2000 - | Contact | |
Aucune reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation préalable de l'éditeur.