Algeriades > 2013 > Les Photographes de guerre, les djounoud du noir et blanc

  Photographes de guerre, les djounoud du noir et blanc

Outre des clichés de Mohamed Kouaci, l’exposition du Mama d’Alger réunissait des travaux d’autres photographes algériens comme Badredine Benmeradi, Kaddour Samar, mais aussi du Serbe Stevan Labudovic, de l’Italien Vittorugo Contino, de la Suédoise Gerd Almgren (1925-2008) et des Français Dominique Berretty, Marc Garanger, Elie Kagan et Adolfo Kaminski.

Lors du colloque des 15 et 16 mai sur le thème du "visuel dans la guerre de Libération nationale", les intervention ont d’abord porté sur la photographie avec "Six hommes et la chambre noire, un imaginaire de la fondation" par Abdelmadjid Merdaci (15/05 à 14h30), "Photographier au maquis, au risque de la clandestinité" par Marie Chominot (15/05 à 15h), "Gerd Almgred : Dame courage" par Merzak Bedjaoui (15/05 à 15h30) ou encore "Adolfo Kaminsky, un photographe atypique" par Ahmed Halli (16/05 à 10h30). Il a également été question de l’audiovisuel durant la guerre avec une évocation du rôle du ministère de l’Information du GPRA par Redha Malek (15/05 à 10h30), avec "La Guerre des images a bien eu lieu" par Ahmed Bedjaoui (16/05 à 10h), un retour sur les images de René Vautier par Moira Chappedelaine (16/05 à 14h30) et de Cécile Decugis par Olivier Hadouchi (16/05 à 9h30).

Depuis une dizaine d’année, la guerre d’Algérie vue par les photographes a fait l’objet d’une myriade d’expositions et de publications. Après "Images de la guerre d’Algérie" à Saint-Omer en 2002 qui comportait des photographies de Marc Garanger et Marc Flament (1929-1991) qui a accompagné les parachutistes du colonel Bigeard depuis l’Indochine, "Photographier la guerre d’Algérie" était présentée comme "le premier bilan complet sur la manière dont cette guerre a été représentée". En 185 photographies et documents, l’exposition présentait notamment des clichés de Nicolas Tikhomiroff, Raymond Depardon, Marc Riboud, Marc Garanger et Marc Flament, mais aussi, pour la première fois en France, du Néerlandais Kryn Taconis (1918-1979) et de l’Américaine Dickey Chapelle (1918-1965). Tous deux ont effectué des reportages dans les maquis de l’armée de libération algérienne. Toujours en 2004 à Norderlicht, "Nazar - A look back" proposait des photographies de Marc Garanger et de Kryn Taconis.
Plus récemment, en 2011 à Paris puis en 2012 à Rome, "L’Ombre de la guerre" (Ombre di guerra) rassemblait "90 clichés, plus ou moins célèbres, de conflits qui ont endeuillé le monde de 1936 à 2007". Parmi eux, deux photographies de Marc Garanger et du Britannique Philip Jones-Griffith (1936-2008), prises en Algérie respectivement en 1960 et 1962. (Photo © D.R.)



- 14 mai - 30 août 2013, "Les Photographes de guerre, les djounoud du noir et blanc", Alger / Musée d’art moderne et contemporain (Mama)
> 15 et 16 mai, Colloque "Introduction du visuel dans la guerre de Libération nationale - l’image et la révolution", Alger / Mama

Lire aussi


Home | © algeriades 2000 - | Contact | |
Aucune reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation préalable de l'éditeur.