Algeriades > 2004 > Leïla Sebbar | ليلة صبار

  Mes Algéries en France. Carnet de voyages de Leïla Sebbar

"Récits, fictions, entretiens, portraits et reportages, photos, dessins, papiers froissés d’oranges, aquarelles, BD et cartes postales tissent une mythologie affective, une géographie intime et politique de ses lieux de mémoire et de rencontres : Ainay-le-Château, Aflou, Aïn-Sefra, Alger, Allègre, Beau-Désert, Bourg-Lastic, Caen, Constantine, Elbeuf, El-Hamel, Épineuil-le-Fleuriel, La Gonterie, Grignan, Hennaya, Kaisersberg, Lodève, Manosque, Marseille, Mas Thibert, Mascara, Oran, La Roque-d’Anthéron, Roubaix, Ténès, Tiaret, Tlemcen, Verdun, Vichy...
Elle croise ses "soeurs étrangères", Nora la conteuse, Fatima et sa Singer, Djamila la maquisarde... Les filles des cités et Shérazade. Les femmes de La Goutte d’Or. Les "fous" d’Algérie, Germaine Tillion, Marthe Stora, Aimée
Chouraqui, Pierre Vidal-Naquet... Et Zidane. C’est gai, c’est grave. Maurice Audin, assassiné. Harkis, abandonnés. Zouaves, spahis et tirailleurs d’Afrique, morts
pour la France. Chibanis, dans les cafés, tranquilles. Les figures tutélaires d’Abd el-Kader, Isabelle Eberhardt, Pierre Loti... Mouloud Feraoun, Mohammed Dib, Jean Pélégri, Kateb Yacine et leurs livres. Ses amis artistes et écrivains
contemporains. Le jardin de sa mère, la Française, les ruches de son père, l’Algérien."


Mes Algéries en France. Carnets de voyage
Leïla Sebbar
Préface de Michelle Perrot
(Saint-Pourçain-sur-Sioule, Bleu Autour, 2004)

Lire aussi
Les Algériens au café
Femmes d’Afrique du Nord
Une enfance outremer
Je ne parle pas la langue de mon père


Home | © algeriades 2000 - | Contact | |
Aucune reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation préalable de l'éditeur.