Algeriades > 2013 > Eugène Delacroix | اوجين ديلاكروا

  Femmes d’Alger dans leur appartement de Delacroix

Près de deux siècles après son exposition au salon de 1834 à Paris, "Femmes d’Alger dans leur appartement" de Delacroix continue d’être abondamment revisité, interrogé et commenté. En 2008, l’historienne de l’art Malika Dorbani-Bouabdellah a publié une monographie consacrée au célèbre tableau. En compagnie de l’historienne de l’art, ancienne conservatrice du musée national de Beaux-Arts d’Alger et collaboratrice scientifique au département des peintures du musée du Louvre à Paris, la rencontre "Passeurs des deux rives" à l’Institut français d’Alger (mars 2013) a été l’occasion de revenir sur le contexte de la brève escale de Delacroix en juin 1832 à Alger, l’itinéraire de l’artiste dans la ville, le mystère qui entoure sa visite d’un harem, la longue élaboration du tableau en atelier, sa composition, sa place dans la formation et le cheminement de l’artiste et les nouvelles perspectives qu’il ouvre "pour son auteur et pour l’histoire de l’art". [Rencontre organisée en partenariat avec algeriades.com]

Jusqu’au 15 janvier 2012, la Fondation Caixa à Madrid a accueilli la plus importante rétrospective consacrée à Delacroix depuis celle du centenaire au Louvre à Paris (1963). Intitulée "Exposición Delacroix" (1798-1863), elle proposait une vue d’ensemble unique de la carrière d’une grande figure de la peinture romantique et d’un artiste innovant. Parmi les 130 œuvres présentées thématiquement, l’exposition a réuni l’ensemble des grandes œuvres orientalistes de Delacroix avec des tableaux très rarement, voire jamais, prêtés comme Femmes d’Alger dans leur appartement et La Mort de Sardanapale (musée du Louvre) et La Grèce sur les ruines de Missolonghi (musée des Beaux-Arts de Bordeaux). L’exposition a été réalisée avec le concours des Offices de Florence, du Musée d’Orsay, du British Museum, de la National Gallery de Londres et du Metropolitan Museum de New York.

Exposé au Salon de 1834, aussitôt acquis par Louis-Philippe, Femmes d’Alger dans leur appartement d’Eugène Delacroix a suscité nombre d’opinions admiratives de Renoir, "il n’y a pas de plus beau tableau au monde" ; de Cézanne, "ces roses pâles et ces coussins brodés, cette babouche, toute cette limpidité, je ne sais pas moi, vous entrent dans l’œil comme un verre de vin dans le gosier, et on en est tout de suite ivre" et de Théophile Gautier, "les Femmes d’Alger ne le cèdent, pour la finesse et le clair-obscur, à aucune production vénitienne".
Il y eut également Charles Baudelaire qui voyait dans "ce petit poème d’intérieur, plein de repos et de silence, encombré de riches étoffes et de brimborions de toilette," un "je ne sais quel haut parfum de mauvais lieu qui nous guide assez vite vers les limbes insondés de la tristesse", et Victor Hugo, qui estimait que ces "Femmes d’Alger, cette "orientale" étincelante de lumière et de couleur, sont le type même de laideur exquise propre aux créatures féminines de Delacroix".

Près d’un siècle et demi plus tard, l’écrivaine algérienne Assia Djebar faisait remarquer que "si le tableau de Delacroix inconsciemment fascine, ce n’est pas en fait pour cet Orient superficiel qu’il propose, dans une pénombre de luxe et de silence, mais parce que, nous mettant devant ces femmes en position de regard, il nous rappelle qu’ordinairement nous n’en avons pas le droit. Ce tableau lui-même est un regard volé". Un peu plus loin, Assia Djebar prenait soin d’ajouter : "Ce regard-là, longtemps on a cru qu’il était volé parce qu’il était celui de l’étranger, hors du harem et de la cité. Depuis quelques décennies -au fur et à mesure que triomphe ça et là chaque nationalisme-, on peut se rendre compte qu’à l’intérieur de cet Orient livré à lui-même, l’image de la femme n’est pas perçue autrement : par le père, par l’époux et, d’une façon plus trouble, par le frère et le fils". in Femmes d’Alger dans leur appartement (Editions des Femmes, 1980 et Rééd. ; Albin Michel, 2002 ; LGF - Livre de Poche, 2004)
Rachid Boudjedra estime pour sa part que Delacroix "portait sur cette réalité algérienne un regard de pacotille et de bimbeloterie. Nous sommes en 1834. Le canon tonne et Alger est à feu et à sang. L’intimité de ce gynécée, même si le tableau est -en soi- d’une très belle facture, a quelque chose de gênant et de faux". in Peindre l’Orient (Zulma, 1996).

Durant l’hiver 1954, alors que débute la guerre d’Algérie, Picasso revisitera ce tableau de Delacroix, dont il tirera quinze toiles et deux lithographies portant toutes le titre de Femmes d’Alger. (photo Femmes d’Alger dans leur appartement d’Eugène Delacroix, 1834, Huile sur toile, 180 cm x 229 cm, © Musée du Louvre, Paris)



"Exposición Delacroix" (1798-1863) (Madrid, CaixaForum, 10/2011)


- 14 mars 2013, "Passeurs des deux rives" : Delacroix et les "Femmes d’Alger", par Malika Dorbani-Bouabdellah, historienne de l’art, ancienne conservatrice du musée national de Beaux-Arts d’Alger, collaboratrice scientifique du musée du Louvre, Modération : Mustapha Laribi, journaliste, Alger / Institut français

- En partenariat avec algeriades.com

- 19 October 2011 - 15 January 2012, "Eugène Delacroix" (1798-1863), Madrid / CaixaForum
- 9 octobre 2008 - 2 février 2009, "Picasso, Paris / Musée du Louvre / Aile Denon, 1er étage
- 17 octobre 2003 - 19 janvier 2004, "De Delacroix à Matisse. Dessins du musée des Beaux-Arts d’Alger", Musée du Louvre, Paris
- 17 octobre 2003 - 18 janvier 2004, "L’Algérie des peintres, de Delacroix à Renoir", Institut du monde arabe, Paris



Bibliographie



- Maurice Arama, Delacroix, Un voyage initiatique : Maroc, Andalousie, Algérie
(Paris, Non Lieu, 2006)
- Maurice Arama, Eugène Delacroix au Maroc : Les heures juives
(Paris, Non Lieu, 2012)
- Tahar Ben Jelloun, Lettre à Delacroix
(Paris, Gallimard, 2010)
- Eugène Delacroix, Souvenirs d’un voyage dans le Maroc
(Paris, Gallimard, 1999)
- Eugène Delacroix, Journal 1822-1863 (2 vol.)
(Paris, Plon, 1996)
- Eugène Delacroix, Écrits sur l’Art
(Paris/Biarritz, Séguier, 1988)
- Delacroix, Voyage au Maroc, Aquarelles, Texte d’Alain Daguerre de Hureaux (Paris, Bibliothèque de l’Image, 2004)
- Lettres d’Eugène Delacroix, 1815-1863, Recueillies et publiée par M. Philippe Burty
(Paris, A. Quantin, 1877)
- Malika Dorbani-Bouabdellah, Eugène Delacroix. Femmes d’Alger dans leur appartement
(Paris, Musée du Louvre/Somogy, 2008)
- Guy Dumur, Delacroix et le Maroc (Paris, Herscher, 1989)
- Henri Gourdin, Eugène Delacroix. Biographie
(Les Éditions de Paris, 1998)
- Michel Hilaire, Arlette Serullaz, De Delacroix à Renoir l’Algérie des peintres
(Paris, IMA /Hazan, 2003)
- Barthélémy Jobert, Delacroix
(Paris, Gallimard, 1997)
- Lee Johnson, The painting of Delacroix a critical catalogue
(Oxford, Clarendon Press, 1981-1989)
- Régis Poulet, L’Orient : généalogie d’une illusion
(Paris, Presses universitaires du Septentrion, 2002)
- Eugène Delacroix, Souvenirs d’un voyage dans le Maroc, 1832
(Paris, Gallimard, 1999)
- Edward W. Saïd, L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident
(Paris, Le Seuil, 1997)
- Arlette Serullaz, Delacroix
(Paris, Flammarion, 1998)
- Maurice Serullaz, Ariette Serullaz et Lee Jonson, Delacroix : Voyage au Maroc
(Paris, Flammarion, 1994, 2001)
- Maurice Serullaz, Delacroix
(Paris, Nathan, 1989)
- Maurice Serullaz, Mémorial de l’exposition Eugène Delacroix
(Paris, E.M.N, 1963)
- Lynne Thornton, Les Orientalistes / Peintres voyageurs
(Paris, A.C.R. Éditions, 1983, 2001)
- Patrick Vauday, La décolonisation du tableau : Art et politique au XIXe siècle : Delacroix, Gauguin, Monet
(Paris, Seuil, 2006)
- Eugène Delacroix (1798-1863)
Catalogue de l’exposition du Centenaire à Paris, Ministère des Affaires culturelles, 1963
- Couleurs du Maroc, Delacroix et les Arts décoratifs marocains
Catalogue de l’exposition du musée des Arts décoratifs de Bordeaux, 2002

Lire aussi
Eugène Delacroix


Home | © algeriades 2000 - | Contact | |
Aucune reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation préalable de l'éditeur.