Algeriades > 2017 > Caroline Huppert | كارولين حيپار

  Pour Djamila de Caroline Huppert

Ecrit et réalisé par Caroline Huppert, d’après le livre co-signé par Gisèle Halimi et Simone de Beauvoir, Pour Djamila revient sur les conditions de détention de Djamila Boupacha, jeune agent de liaison du FLN durant la guerre d’indépendance, ses aveux obtenus sous la torture, sa défense par Me Gisèle Halimi et la campagne pour alerter l’opinion publique initiée par l’avocate à Paris, avec le soutien sans failles de Simone de Beauvoir.

Porté par Marina Hands (César 2007 de la meilleure actrice pour Lady Chatterley), Hafsia Herzi (César 2008 du meilleur espoir féminin pour La Graine et le mulet) et Dominique Reymond dans le rôle de Simone de Beauvoir, Pour Djamila s’attache surtout à la défense de la militante algérienne condamnée sur la base d’aveux extorqués sous la torture. En Algérie où l’ensemble des pouvoirs de police et de justice ont été octroyés à l’armée, au terme d’une enquête bâclée par le tribunal militaire d’Alger, l’avocate Gisèle Halimi va d’abord s’employer à obtenir le renvoi du procès pour permettre un examen plus attentif de la plainte et l’auscultation de sa cliente.

Le film rappelle les difficultés et les risques de l’entreprise pour Gisèle Halimi qui va notamment croiser la route d’un avocat réputé "libéral" qui sera assassiné et de Me Léo Matarasso à qui elle propose de la remplacer lorsqu’elle sera empêchée d’être présente à Alger au jour du procès ; Léo Matarasso qui est alors le défenseur du journaliste militant Henri Alleg.

En France où l’affaire finira par être "dépaysée", le film revient en outre aux activités du comité de soutien à Djamila Boupacha à Paris où la militante algérienne torturée reçoit le soutien de nombreuses personnalités de la vie intellectuelle dont celui de Françoise Sagan.
"Alors qu’un procès sans précédent se prépare, pouvait-on lire sur la présentation du film, et que des actes de torture en Algérie vont être reconnus pour la première fois, les accords d’Evian mettent fin à la guerre et tous les militants du FLN sont libérés". Parmi eux la jeune Djamila Boupacha qui est rapidement rapatriée à Alger.

Produit par Barjac production pour France 3 et Arte, le film a été tourné en France et au Maroc. On doit notamment à Caroline Huppert, Le Porteur de cartable (2002), un téléfilm adapté du roman d’Akli Tadjer. (Photo : Hafsia Herzi dans Pour Djamila de Caroline Huppert © Aurelien Faidy/Autofocus Prod/Barjac)




- 10 août 2017 à 23 h 50 sur Arte
- 23 janvier 2016 à 22 h 55 sur France 3
- 13 mars 2014 à 22 h 40, 21 avril à 2 h 30 sur Arte
- 25 janvier 2013 à 14 h 30, 29/01 à 21h, 1er février à 14 h sur TV5 Monde
- 1ère diff. TV : 20 mars 2012 à 20 h 35 sur France 3, diffusion suivie d’un débat animé par Frédéric Taddeï dans "Ce soir ou jamais" en compagnie de Me Gisèle Halimi, des comédiennes Marina Hands et Hafsia Herzi et de l’historienne Sylvie Thénault.


- 10 - 14 juin 2012, 52e Festival de télévision de Monte-Carlo
- 30 mars - 8 avril 2012, Festival international des films de femmes de Créteil
- 25 janvier 2012, Hors compétition, projection 25e anniversaire : Pour Djamila de Caroline Huppert, Biarritz / Festival international des programmes audiovisuels
- 7 - 11 septembre 2011, Hors compétition, 13e Festival de la fiction TV de La Rochelle



Pour Djamila (For Djamila | لي خميلة)
Un film de Caroline Huppert
d’après Djamila Boupacha de Simone de Beauvoir et Gisèle Halimi (Gallimard, 1962 ; 2000)
(Téléfilm, 104 min., Fr, 2011)
Avec Marina Hands (Gisèle Halimi), Hafsia Herzi (Djamila Boupacha), Dominique Reymond (Simone de Beauvoir), Thomas Jouannet (Claude Faux), Salah Teskouk (Abdelaziz Boupacha), Zohra Mouffok (Zoubeida Boupacha)

Lire aussi
Le Porteur de cartable


Home | © algeriades 2000 - | Contact | |
Aucune reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation préalable de l'éditeur.