Algeriades > 2004 > Assia Djebar | آسيا جبار

  La Femme sans sépulture

Auteur d’une œuvre prolifique, Assia Djebar continue d’entremêler des destins de femmes pour réhabiliter leur présence dans la mémoire. Au cœur de ce roman entrepris en 1981, une partition de voix féminines redonne vie à Zoulikha, une héroïne "à demi effacée" de la guerre d’indépendance, montée au maquis au printemps 1957 et disparue, sans sépulture.
Pour Assia Djebar, ce "souci de la mémoire des femmes, c’est aussi une sorte de protestation à l’effet que tout un travail devrait être fait par des historiens - et non pas par les romanciers. Le romancier a le devoir simplement de remettre la vie dans les fantômes, de redonner la proximité dans les petits détails".



- La Femme sans sépulture
d’Assia Djebar
(Paris, Albin Michel, 2002)

- La donna senza sepoltura
(Milan, Il Saggiatore, 2002)

- Frau ohne Begräbnis
Übersetzung : Beate Thill
(Zürich, Unionsverlag, 2004)

Lire aussi
Assia Djebar
Assia Djebar, nomade entre les murs
Vasta è la prigione di Assia Djebar
Assia Djebar > Bibliographie
La Zerda et les chants de l’oubli d’Assia Djebar
Ces voix qui m’assiègent
Nulle part dans la maison de mon père d’Assia Djebar
La Nouba des femmes du mont Chenoua d’Assia Djebar
La Disparition de la langue française
Figlie di Ismaele, nel vento, nella tempesta


Home | © algeriades 2000 - | Contact | |
Aucune reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation préalable de l'éditeur.