Algeriades > 2014 > Ahmed Lallem | أحمد لعلام

  Ahmed Lallem

Ahmed Lallem est décédé le 19 octobre 2009 à l’hôpital de Tours. Au milieu des années 90, sous la pression des islamistes, le cinéaste avait quitté l’Algérie pour la France où il s’est efforcé de continuer à faire des films. Un temps établi à Paris, malade du cœur depuis cette époque, il se retirera ensuite à Tours.

Né en 1940 à Sétif, l’élève de l’Idhec à Paris quitte l’Institut pour rallier le groupe audiovisuel du FLN à Tunis où il retrouve notamment Mohamed Lakhdar-Hamina. Après un second stage en 1962 à la télévision à Belgrade, il poursuit à l’école de cinéma de Lodz en Pologne de 1963 à 1966. De retour à Alger, il s’illustre cette année-là avec Elles, un portrait documentaire percutant qui donne la parole à des lycéennes de première et de terminale sur leurs difficultés et leurs attentes. En 1996, Ahmed Lallem a retrouvé quatre d’entre-elles. Algériennes 30 ans après confronte les aspirations et les espoirs d’hier avec les désillusions d’aujourd’hui.

Entre ces deux films et outre une quinzaine de sujets entre reportage et documentaire, il signe en particulier Zone interdite (Al-Faiza, 1974) et Barrières (Al-Hajiz, 1977). Le premier observe le ferment de la révolte et l’apparition des premiers militants nationalistes dans un village algérien à la veille de la guerre d’indépendance, pendant que, à l’heure de l’extinction de la grosse propriété foncière et sous la pression des mouvements sociaux, le second décrit le délitement de la famille du féodal Hadj Mokhtar.
Dans son Dictionnaire des nouveaux cinémas arabes (Sindbad, 1978), Claude Michel Cluny le décrit comme "le plus intellectuel sans doute en Algérie dans sa démarche, mais aussi le plus original, le plus inventif, techniquement et plastiquement de sa génération".

Soucieux de rester un témoin assidu et lucide des bouleversements de l’Algérie, il tournera beaucoup d’images dont on a pu découvrir celles d’une belle et combattive Nabila Djahnine à Tizi Ouzou, dans Lettre à ma sœur de Habiba Djahnine. De cette époque, Jeunes d’Alger en été (1993) s’efforce de capter la parole de jeunes des quartiers populaires sur leur quotidien, leurs préoccupations, leurs représentations du mariage et des femmes. A partir d’images d’archives et d’actualités, Kabylie, pays des Amazighs (1999) dresse à sa manière un portrait de la revendication culturelle amazigh (berbère) en Algérie.
Observateur attentif des mutations de son époque, Ahmed Lallem signera au passage Chine jaune, Chine bleue en 1997, une vaste fresque riche d’exceptionnels documents d’archives inédits sur la Chine de l’impératrice Ts’eu-hi à Deng Xiaoping.

Ironique et caustique, travailleur discret, l’artiste s’est éteint à 69 ans. Pour sa remarquable intuition et ses qualités documentaires, la force de son immersion et la parole claire et sûre de ses interviewées, pour n’avoir été que rarement montré et, à notre connaissance, jamais diffusé sur le petit écran, Elles d’Ahmed Lallem devrait être prescrit sur ordonnance à la télévision et à tous les étudiants.



- 26 septembre 2014, Elles et Algériennes 30 ans après, d’Ahmed Lallem, Lille / L’Univers
- 12 - 13 décembre 2009, "Hommage à Ahmed Lallem", Théâtre de Sétif


Filmographie sélective




- Tapis du Djebel Amour (1963)


- Elles
(Doc., 22 min., Alg, 1966)
> 7 juillet 2012, Maghreb des Films à Paris : Algérie, "naissance d’une nation", Cinéma 3 Luxembourg
> 22 - 30 octobre 2010, 32e Festival international du Cinéma méditerranéen de Montpellier - Trésors de la Cinémathèque française : Chroniques méditerranéennes
> 8 novembre 2003, Le cinéma aux rencontres de la Villette 2003


- Aller-retour
(Fict., 16mm, 70 min., RTA/Alg, 1970)
Avec Saïd Hilmi, Mohamed Chouikh


- Zone interdite (منطقة محرمة)
(Fict., 100 min., ONCIC/Alg, 1972)
Avec Sid Ahmed Agoumi, Taha El Amiri, Saïd Hilmi, Mustapha Hassan Belhadj, Mahdia Maghroufel
* Sélection au Festival de Cannes, Quinzaine des Réalisateurs


-----------
> 15 - 22 décembre 2012, Panorama, 6e Festival d’Oran du Film arabe (Fofa)
> 8 juillet 2012, Maghreb des Films à Paris : Algérie, "naissance d’une nation", Cinéma 3 Luxembourg
> 15 février 2003, Hommage aux cinéastes algériens / Paris / Institut du Monde Arabe
> Rediff. TV : 8 mars 2010 à 22h sur Canal Algérie
> 8 novembre 2009 à 21h sur Canal Algérie


- Barrières (الحواجز)
(Fict., 90 min., ONCIC/Alg, 1977)
Avec Rahim Laloui, Ziani Fekri, Habiba
> 15 février 2003, Hommage aux cinéastes algériens / Paris / Institut du Monde Arabe


- On ferme la cinémathèque (1990)

- A propos du sida (1990)
- Chronique d’été (1991)

- Traditions berbères de Kabylie (1992)


- Jeunes d’Alger en été
(Doc., 37 min., Alg, 1993)
* Festival de Douarnenez


- Les Nomades Ouled Naïl (1993)


- Algériennes, 30 ans après
(Doc., 54 min., Fr/Alg, 1996)
> Diff. TV : 8 octobre 1996 sur Arte




- 24 octobre 2012, Toulon / Théâtre Liberté
> 7 juillet 2012, Maghreb des films à Paris : Algérie, "naissance d’une nation", Cinéma 3 Luxembourg
> 25 juin 2012, Maghreb des films : Algérie, naissance d’une nation, Paris / Institut du Monde Arabe
> 12 avril 2012, "Retours vers le futur", Châteauroux / Cinéma Apollo, 4, rue Albert 1er, 36000 Châteauroux
> 4 décembre 2009, Film présenté par Jeanne Baumberger, Festival Films Femmes Méditerranée, Marseille / Cinéma Les Variétés / "Cinéma(s) d’Algérie" à Marseille
> 8 novembre 2003, Le Cinéma aux Rencontres de la Villette 2003


- Kabylie, pays des Amazighs
(Doc., 50 min., Fr/Alg, 1999)
> 10 - 19 novembre 2000, 20è Festival international du Film d’Amiens


- Chine jaune, Chine bleue
(Doc., 2x60 min., Fr, 1997)

Lire aussi


Home | © algeriades 2000 - | Contact | |
Aucune reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation préalable de l'éditeur.