Algeriades > 2012 > Mustapha Benfodil | مصطفى بن فضيل

  Les Borgnes ou le colonialisme intérieur brut

"Dans un asile de fous croupit Salah, un vieil instituteur affaibli et aveugle. Trente ans auparavant, il fut arrêté, torturé et soumis à toutes sortes de persécutions pour avoir enseigné à ses élèves que « le 5 juillet 1962, l’Algérie a quitté la France après 132 ans de colonisation ». Il faut noter que ce jour-là, Salah avait « chaussé » le mauvais oeil, son oeil gauche, celui avec lequel il voit tout à l’envers, lui dont la lignée se réclame des Borgnes Lumineux, des gens qui, par la grâce d’un gène magique, ont le don de voir la chose et son contraire selon qu’ils la considèrent de l’oeil gauche ou de l’oeil droit.
Un jour, Salah reçoit la visite de Samir. A la faveur de la rencontre d’un curieux personnage dénommé L’Ophtalmologue Ancestral, Samir part dans une quête personnelle à la recherche de son vrai père, sur les traces de son arbre généalogique, remontant la geste de ses ancêtres, les
« Borgnes Lumineux ».
Dans l’asile psychiatrique, Samir découvre toute une population de proscrits et d’éclopés, rescapés de toutes les guerres. Bientôt, les récits de ces îlots d’humanité vont dériver vers un trou noir total, et leurs soliloques s’entremêler."

En 2008, Mustapha Bendofil a obtenu une bourse du Centre National du Livre français et a été invité en résidence à la Maison des Auteurs du Festival des Francophonies en Limousin, où il a repris l’écriture inachevée des Borgne.
Des scènes de la pièce ont été mises en lecture en décembre 2008 au Lavoir Moderne Parisien. Le texte a en outre été donné en mai 2009 au Festival du Jamais Lu, à Montréal, dans une mise en lecture signée Brigitte Haentjens.

La pièce a été créée le 12 janvier à l’Arc - Scène nationale du Creusot par le metteur en scène Kheireddine Lardjam. Elle a auparavant été donnée en lecture au théâtre Gyptis à Marseille (nov. 11), avec une distribution mixte de jeunes comédiens d’Algérie et de l’Université d’Aix en Provence.
Né en 1976, Kheireddine Lardjam a crée El Ajouad (Les Généreux) de feu Abdelkader Alloula en 1998. Sa compagnie tient son nom de cette pièce marquante de la trilogie d’Alloula. (Photo D.R.)



- 31 mars 2012, Le Blanc Mesnil / Le Forum
- 27 mars 2012, Saint Nazaire / Le Fanal
- 22 mars 2012, Evry / Théâtre de l’Agora / Festival Vagamondes
- 15 - 16 mars 2012, Colmar / Comédie de l’Est
- 13 mars 2012, Loos en Gohelle / Culture Commune - Scène Nationale du Bassin Minier du Pas de Calais
- 1er - 2 mars 2012, Meylan / L’Hexagone
- 26 janvier 2012, Mantes la Jolie / Collectif 12
- 12 - 13 janvier 2012, Le Creusot / L’ARC
- 2 novembre 2011, Parcours de création 2 : lectures d’extraits des Borgnes, Le Creusot / L’ARC
- 26 novembre 2010, Marseille / Théâtre Gyptis / Les Rencontres à l’échelle
- 25 novembre 2010, Aix en Provence / Théâtre Antoine Vitez / Université de Provence
- 1 - 10 mai 2009, mise en lecture par Brigitte Haentjens, Montréal / 8e Festival du Jamais Lu
- 15 décembre 2008, mise en lecture par Michel Cochet, Paris / Lavoir Moderne Parisien


- Les Borgnes ou le colonialisme intérieur brut
de Mustapha Benfodil (théâtre, inédit)
Mise en espace : Kheireddine Lardjam (Création 2012)
Avec Sid Ahmed Agoumi, Azeddine Benamara, Linda Chaïb, Amazigh Kateb, Habib Lardjam, Marie Louet
Dramaturgie : Christophe Martin
Scénographe : Camille Duchemin
Chorégraphie : Rachid Ouramdane
Musique et chants : Amazigh Kateb
Création son : Benjamin Jaussaud

Lire aussi
End/Igné de Mustapha Benfodil
De mon hublot utérin je te salue humanité et te dis blablabla
Archéologie du chaos (amoureux)
Clandestinopolis
Mustapha Benfodil censuré à Sharjah


Home | © algeriades 2000 - | Contact | |
Aucune reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation préalable de l'éditeur.