Algeriades > 2016 > Mostra Internazionale d’Arte Cinematografica

  73e Mostra de Venise

C’est Ang Babaeng Humayo (The Woman Who Left | La Femme qui est partie) du Philippin Lav Diaz, un film de 3 h 46, en noir et blanc, sur le combat d’une femme injustement accusée d’un crime, qui a obtenu le Lion d’or du meilleur film de la 73e Mostra de Venise.
Le Lion d’argent a été attribué, ex aequo, au Russe Andreï Kontchalovski pour Paradise) et au Mexicain Amat Escalante pour La region salvaje. Le Lion d’argent Grand Prix du jury est allé à Nocturnal Animals de l’Américain Tom Ford avec avec Amy Adams et Jake Gyllenhaal.
Le Prix spécial du jury a récompensé le film américain The Bad Batch d’Ana Lily Amirpour, tandis que le Prix du meilleur scénario a été décerné à Noah Oppenheim pour Jackie du Mexicain Pablo Larrain.

La 73e édition du plus vieux festival de cinéma au monde, la Mostra de Venise, s’est tenue du 31 août au 10 septembre au Lido. C’est le réalisateur britannique Sam Mendes qui présidait le jury international chargé de décerner le Lion d’or. Auteur d’Américan Beauty en 2000, Sam Mendes a présenté Road to Perdition (Les Sentiers de la perdition), lors de la Mostra de Venise 2002.

Le jury de la section parallèle Orrizonti avait à sa tête le réalisateur français Robert Guédiguian, tandis que l’acteur italien Kim Rossi Stuart officiait à la tête du Prix Luigi de Laurentiis récompensant le meilleur premier film de la Mostra.

Parmi 20 films en compétition cette année, on a relevé le retour de l’Américain Terrence Malick avec Voyage of Time (Au fil de la vie, États-Unis/All), un documentaire en IMAX sur la naissance et la mort de l’univers qui lui a pris plus de 4 ans, avec Cate Blanchett qui assure le commentaire en voix-off. Le retour également du Serbe Emir Kusturica avec On The Milky Road (Serbie/Royaume-Uni/États-Unis), avec Monica Bellucci, et du Russe Andreï Konchalovski avec Paradise (Russie, All). L’Allemand Wim Wenders concourrait avec The Beautiful Days of Aranjuez (Les Beaux Jours d’Aranjuez, Fr/All) un film en 3D, adapté d’un texte de Peter Handke, avec Reda Kateb. Il fallait également compter avec, Jackie du Chilien Pablo Larraín avec Natalie Portman (États-Unis/Chili), Questi Giorni de l’Italien Giuseppe Piccioni avec Margherita Buy, l’actrice de Mia Madre de Nanni Moretti, et Arrival du Canadien Denis Villeneuve (États-Unis) avec Amy Adams, Jeremy Renner et Forest Whitaker.

Hors compétition, citons le retour derrière la caméra de Mel Gibson avec un nouveau film Hacksaw Ridge (États-Unis), ainsi que la projection des épisodes 1 et 2 de The Young Pope de Paolo Sorrentino (Italie/États-Unis), une série télé en 8 épisodes avec Jude Law, Diane Keaton et Cécile de France, autour du règne d’un pape très conservateur.

Ouvert avec La La Land, la comédie musicale de Damien Chazelle avec Ryan Gosling et Emma Stone, le festival s’est clôturé avec The Magnificent Seven, le remake des Sept Mercenaires par l’Américain Antoine Fuqua avec Denzel Washington et Chris Pratt. Pour mémoire, Les Sept Mercenaires de John Sturges (1960) était lui-même un remake des Sept Samouraïs du Japonais Akira Kurosawa (1954), dont une version restaurée était projetée dans la section Venezia Classici.

Parmi 7 documentaires, en sélection hors compétition, figurait Safari, de l’Autrichien Ulrich Seidl (Autriche) qui braque sa caméra sur des chasseurs d’animaux sauvages et leurs jeux de massacre en Afrique (sortie le 16 septembre en Autriche).

Dédié au cinéaste Luigi Comencini (1916-2007) pour le centenaire de sa naissance, la Mostra 2016 donnait à voir, en préouverture (30 sept.) et en première mondiale, Tutti a casa (Everybody Go Home | La Grande Pagaille, Italy/France, 1960) avec Alberto Sordi et Serge Reggiani, dans une copie restaurée et remastérisée en 4K à partir des négatifs originaux.

Outre Luigi Comencini, la section Venezia Classici donnait à voir des copies restaurées de Profumo di donna (Parfum de femme | Scent of a Woman) de Dino Risi (1974) ainsi que de La battaglia di Algeri (La Bataille d’Alger | The Battle of Algiers) de Gillo Pontecorvo (1966), pour les 50 ans de sa sélection et de son Lion d’or à la Mostra de Venise. On pouvait également y voir L’Argent (Money) de Robert Bresson (Fr/Suisse, 1983), Stalker d’Andreï Tarkovski (URSS, 1979), Manhattan de Woody Allen (États-Unis, 1979), Oci Ciornie (Les Yeux noirs | The Dark Eyes) de Nikita Mikhalkov (Italie/URSS, 1987) et, comme nous le disions plus haut, Shichinin no samurai (Les Sept Samouraïs | Seven Samurai) d’Akira Kurosawa (Japon, 1954).

L’acteur français Jean-Paul Belmondo et le réalisateur polonais Jerzy Skolimowski ont reçu, chacun, un Lion d’or pour l’ensemble de leurs carrières.



- 31 August - 10 September 2016, 73° Mostra Internazionale d’Arte Cinematografica | 73rd Venice International Film Festival | 73e Mostra de Venise


Tout le palmarès

- Lion d’or du meilleur film : The Woman Who Left de Lev Diaz (Philippines)
- Lion d’argent Grand Prix du jury : Nocturnal Animals de Tom Ford (États-Unis)
- Lion d’argent de la meilleure mise en scène, ex-aequo : Amat Escalante (Mexique) pour La Region salvaje et à Andreï Kontchalovski (Russie) pour Paradise
- Prix du meilleur scénario : Noah Oppenheim pour Jackie de Pablo Larrain (Chili)
- Prix spécial du jury : The Bad Batch d’Ana Lily Amirpour (États-Unis)
- Coupe Volpi de la meilleure interprète féminine : Emma Stone dans La la Land de Damien Chazelle (États-Unis)
- Coupe Volpi du meilleur interprète masculin : Oscar Martinez dans El Ciudada Ilustre de Mariano Cohn et Gastón Duprat (Argentine)
- Prix Marcello Mastroianni du meilleur espoir : Paula Beer pour Frantz de François Ozon (France)
- Prix du meilleur film de la section Orizzonti : Liberami de Federica De Giacomo (Italie)
- Prix du meilleur réalisateur de la section Orizzonti : Fien Troch pour Home (Belgique)

Lire aussi
70e Mostra de Venise
74e Mostra de Venise
72e Mostra de Venise
71e Mostra de Venise


Home | © algeriades 2000 - | Contact | |
Aucune reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation préalable de l'éditeur.