Algeriades > 2002 > L’Oeil vers... le Maghreb

  L’Oeil vers... le Maghreb

"40 après les accords d’Evian, peut-on lire dans la présentation de la manifestation, des deux côtés de la Méditerranée, les luttes pour les indépendances ont laissé des traces. [...] Les films maghrébins et ceux de la diaspora permettront de réfléchir aux enjeux sociaux, économiques, culturels et religieux qui encadrent les trajectoires individuelles, développement et exploitation, liberté de pensée et d’expression, statut des femmes et droits humains".
Parmi quinze films, dont sept réalisés par des femmes, les programmateurs ont sélectionné Fatma (Tun/Fr, 2001) et La Saison des hommes (Tun/Fr, 2000) des Tunisiens Khaled Ghorbal et Moufida Tlatli, Ali Zaoua, prince de la rue (Mar/Fr, 2001), le saisissant Quand les hommes pleurent (Mar/Bel, 2000) et Dans la maison de mon père (Holl/Mar, 1998) des Marocains Nabil Ayouch, Yasmina Kassari et Fatima Djebli-Ouazzani.
On pouvait en outre y voir Rachida, montré à Cannes, La Montagne de Baya, La Citadelle et Wesh wesh, qu’est ce qui se passe ?, respectivement de Yamina Bachir-Chouikh, feu Azzeddine Meddour, Mohamed Chouikh et Rabah-Ameur Zaïmeche.
Nous nous devions enfin de signaler le beau et mélancolique La Voie lente (Fr, 2000) d’un auteur prometteur : Samia Meskaldji. Tourné à Marseille, le film étire ses trente sept minutes dans les joutes d’une jeune mère algérienne (Leïla) et de son fils (Nabil), alors que Leïla ne sait plus très bien où elle en est.

- 26 novembre - 10 décembre 2002, 21è journées cinématographiques du Val-de-Marne contre le racisme, pour l’amitié entre les peuples, Tel : 01 45 13 17 00

Lire aussi


Home | © algeriades 2000 - | Contact | |
Aucune reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation préalable de l'éditeur.