Algeriades > 2007 > Jules Roy

  Jules Roy

Né à Rovigo, aujourd’hui Bougara, au sein d’une famille de modeste condition établie en Algérie depuis 1850, Jules Roy (1907-2000) est l’auteur d’une cinquantaine d’ouvrages.
Rejoignant l’armée de l’air en 1935, il se met à écrire et se lie avec Armand Guibert, Jean Amrouche et Max-Pol Fouchet. La guerre qui éclate, où il sert comme officier de l’armée de l’air, lui inspirera ses premières œuvres.
En 1946, La Vallée heureuse lui vaut le prix Renaudot. Colonel de l’aviation, il rompt avec l’armée en 1953, au moment de la guerre d’Indochine dont il décrit les méthodes employées dans Les Belles Croisades.
À la mort accidentelle de Camus, Jules Roy, qui fut récompensé du Grand prix de Littérature de l’Académie française en 1958, publie La Guerre d’Algérie, un livre qui condamne les méthodes de la "pacification". Il s’attellera ensuite à la composition des Chevaux du soleil, sa vaste saga de l’Algérie coloniale.
En 1995, au plus fort de la tourmente algérienne, il est allé se recueillir sur la tombe de sa mère à Sidi Moussa, ce dont il fera le récit dans Adieu ma mère, adieu mon cœur. (© photo DR)
Jules Roy est décédé le 15 juin 2000 dans sa retraite de Vézélay.



Jules Roy sur l’Algérie

- La Guerre d’Algérie
(Paris, Julliard, 1961)
(Réed., Paris, Christian Bourgois, 1994)
- Les Chevaux du soleil (5 vol.)
(Rééd. en un volume, Paris, Omnibus, 1995)
- J’accuse le général Massu
(Paris, Le Seuil, 1972)
- D’une amitié. Correspondance avec Jean Amrouche, 1937-1962
(Aix-en-Provence, Édisud, 1985)
- Adieu ma mère, adieu mon cœur
(Paris, Albin Michel, 1996)


Sur Jules Roy

- Jules Roy chez Charlot
par Guy Dugas
(Pezenas, Domens, 2007)

Lire aussi


Home | © algeriades 2000 - | Contact | |
Aucune reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation préalable de l'éditeur.