Algeriades > 2003 > Jean Pélégri

  Jean Pélégri

Auteur de romans, de pièces de théâtre, de poésie et d’un essai, Jean Pélégri est né en 1920 à Rovigo (auj. Bougara), comme Jules Roy, au sein d’une famille de propriétaires terriens installés en Algérie depuis 1841. A partir de 1942, après des études de philosophie à Alger, il fait les campagnes de Corse, de France et d’Allemagne comme engagé volontaire. Il enseigne les lettres en Corse, puis en Algérie à la veille de la guerre et enfin à Paris après l’indépendance.
En 1963, Jean Pélégri figurait parmi les fondateurs de l’Union des Ecrivains algériens. Jusqu’au bout, avec Ma mère l’Algérie en 1989 ou Les Etés perdus en 1999, Jean Pélégri n’a cessé de célébrer sa Mitidja natale.
Tiré de son livre homonyme publié en 1959 et tourné dans les tout derniers mois de la guerre d’Algérie, Les Oliviers de la justice de James Blue met en scène un pied noir de retour au pays, au chevet d’un père à l’agonie. Méditation sur le sort de l’Algérie coloniale, ce film dont il fut co-scénariste et comédien lui permet de ressusciter l’image de son père et son rêve algérien.
Jean Pélégri, qui fut également comédien dans Pickpocket de Robert Bresson ou encore Thérèse d’Alain Cavalier, s’est éteint le 24 septembre 2003.

Voir : Jean Pélégri alias Yahia El Hadj, un film de Jean-Pierre Lledo (Doc., 56 min., Fr, 2001)
- 14 novembre 2003, "Hommage à la Cinémathèque Algérienne", Cinémathèque Française, Palais de Chaillot, Paris 16è

Lire aussi
Jean Pélégri > Bibliographie


Home | © algeriades 2000 - | Contact | |
Aucune reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation préalable de l'éditeur.