Algeriades > 2003 > Hervé Bourges

  De mémoire d’éléphant

A sa sortie de l’École de Journalisme de Lille en 1956, année de l’intervention soviétique de Budapest et de celle anglo-française de Suez, Hervé Bourges rejoint l’hebdomadaire Témoignage Chrétien déjà engagé contre l’usage de la torture durant la guerre d’Algérie. Le journaliste va s’illustrer notamment par ses articles sur la fameuse arrestation, le 22 octobre 1956, des cinq dirigeants du FLN dont l’avion a été détourné par les autorités françaises.

Mobilisé de janvier 1958 à l’été 60 comme deuxième classe en Algérie, au cabinet du Garde des Sceaux Edmond Michelet à son retour en France, Hervé Bourges entrera, après la signature des accords d’Evian et l’indépendance du pays, comme conseiller au cabinet du président Ahmed Ben Bella. L’aventure prendra fin avec le coup d’État du colonel Houari Boumediene.

De mémoire d’éléphant est la moisson d’une carrière qui l’a conduit ensuite de la création des écoles de journalisme de Yaoundé et Dakar, à la direction de celle de Lille, puis à l’Unesco comme diplomate et surtout aux postes clé de l’audiovisuel public en France (TF 1, France Télévision, Conseil supérieur de l’Audiovisuel).
Il faut enfin ajouter que c’est Hervé Bourges qui préside le comité d’organisation de "Djazaïr 2003, une année de l’Algérie en France".

De mémoire d’éléphant
d’Hervé Bourges
(Paris, Grasset, 2000)

Lire aussi


Home | © algeriades 2000 - | Contact | |
Aucune reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation préalable de l'éditeur.