Algeriades > 2019 > Festival de Cannes | مهرجان كان

  72e Festival de Cannes

La 72e édition du Festival de Cannes se tiendra du 14 au 25 mai. Elle s’ouvrira par la projection de The Dead Don’t Die de Jim Jarmusch, qui sera en lice pour la Palme d’or.

Le jury sera présidé par le cinéaste mexicain Alejandro Gonzalez Iñarritu. Ce dernier était à Cannes en 2000, avec la projection de son premier long-métrage, Amores perros (Amours chiennes), à la Semaine de la critique. Alejandro Gonzalez Iñarritu a depuis réalisé cinq films dont deux, Babel (2006) et Biutiful (2010), ont concouru pour la Palme d’or. Babel y a été récompensé du Prix de la mise en scène.

La liste des films retenus en sélection officielle (compétition, Un certain regard et hors compétition) a été dévoilée ce 18 avril. Thierry Frémaux, délégué général du Festival, a parlé d’une sélection "romantique et politique" avec une cinquantaine de films, dont dix-neuf en compétition, auxquels devraient s’ajouter quelques autres dans les jours qui viennent.

On y retrouve Pedro Almodovar (Dolor y gloria [Douleur et gloire]), les frères Dardenne (Le Jeune Ahmed), Ken Loach (Sorry We Miss You [Désolé tu nous a manqué]), Terrence Malick (A Hidden Life [Une vie cachée]), Marco Bellocchio (Il Traditore [Le Traitre]) et Elia Suleiman (It Must Be Heaven |Ce doit être le paradis]) de retour après une longue absence. Sous la forme d’un conte burlesque, le cinéaste palestinien explore "l’identité, la nationalité et l’appartenance et pose une question fondamentale : où peut-on se sentir "chez soi" ?

L’Afrique sera représentée en compétition avec Atlantique de la Franco-Sénégalaise Mati Diop, autour de l’odyssée de deux Dakarois qui embarquent sur l’océan. Mati Diop est la fille du musicien Wasis Diop et la nièce du cinéaste Djibril Diop Mambety.

On notera enfin la présence dans la sélection Un certain regard des Hirondelles de Kaboul de Zabou Breitman et Eléa Gobé Mévellec, un film d’animation en 2D adapté du roman de Yasmina Khadra, et Papicha, le premier long métrage de Mounia Meddour où il est question des efforts de Nedjma, une jeune étudiante passionnée par la mode, de résister au climat social conservateur et aux injonctions mortifères des islamistes durant la tragique décennie 1990 en Algérie. Mounia Meddour est la fille du cinéaste Azzeddine Meddour.

L’affiche de cette édition, qui rend hommage à Agnès Varda, s’inspire d’une photographie prise sur le tournage de La Pointe courte, le premier film de la cinéaste, réalisé en 1955.



14 - 25 mai 2019, 72e Festival international du film de Cannes


La Sélection officielle




Longs métrages en compétition (19 films)

- The Dead Don’t Die de Jim Jarmusch (film d’ouverture)
- Dolor y gloria (Douleur et gloire) de Pedro Almodóvar
- Il Traditore (Le Traître) de Marco Bellocchio
- Gisaengchung (Parasite de Bong Joon Ho
- Le Jeune Ahmed (Young Ahmed) de Jean-Pierre Dardenne et Luc Dardenne
- Roubaix, une lumière (Oh Mercy !) d’Arnaud Desplechin
- Nan Fang Che zhan de ju hui (The Wild Goose Lake) de Diao Yinan
- Atlantique de Mati Diop
- Matthias et Maxime de Xavier Dolan
- Little Joe de Jessica Hausner
- Sorry we missed you de Ken Loach
- Les Misérables de Ladj Ly
- A Hidden Life (Une vie cachée) de Terrence Malick
- Bacurau de Kleper Mendonça Filho et Juliano Dornelles
- La Gomera (The Whistlers) de Corneliu Porumboiu
- Frankie d’Ira Sachs
- Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma
- It Must be Heaven d’Elia Suleiman
- Sibyl de Justine Triet

Hors compétition

- La Belle Époque de Nicolas Bedos
- Rocketman de Dexter Fletcher
- Diego Maradona d’Asif Kapadia
- Les plus belles années d’une vie (The Best Years of a Life) de Claude Lelouch
- Too Old to Die Young de Nicolas Winding Refn

Séance(s) de minuit

- The Gangster, the Cop, the Devil de Lee Won-Tae

Séances spéciales

- For Sama (Pour Sama) de Waad Al Kateab et Edward Watts
- Share de Pippa Bianco
- Être vivant et le savoir d’Alain Cavalier
- Tommaso d’Abel Ferrara
- Family Romance, LLC. de Werner Herzog
- Que sea ley de Juan Solanas

Un certain regard (16 films)

- Vida invisivel (Invisible Life) de Karim Aïnouz
- Evge de Nariman Aliev
- Beanpole (Dylda) de Kantemir Balagov
- Les Hirondelles de Kaboul (The Swallows of Kabul) de Zabou Breitman et Eléa Gobé Mévellec
- La Femme de mon frère (A Brother’s Love) de Monia Chokri
- The Climb de Michael Covino
- Jeanne (Joan of Arc) de Bruno Dumont
- Chambre 212 de Christophe Honoré
- Viendra le feu (O que Arde) d’Olivier Laxe
- Port Authority de Danielle Lessovitz
- Papicha de Mounia Meddour
- Zhuo Ren Mi Mi de Midi Z
- Liberté d’Albert Serra
- Bull d’Annie Silverstein
- Adam de Maryam Touzani
- Liu Yu Tian (Summer of Changsha) de Zu Feng

Lire aussi
61e Festival de Cannes
58e Festival de Cannes
56e Festival de Cannes
69e Festival de Cannes
54e Festival de Cannes
70e Festival de Cannes
71e Festival de Cannes
64e Festival de Cannes
63e Festival de Cannes
68e Festival de Cannes


Home | © algeriades 2000 - | Contact | |
Aucune reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation préalable de l'éditeur.