Algeriades > 2003 > Essebaghine

  Essebaghine

Au printemps 2001, un collectif de huit plasticiens a investi l’ancien palais du Dey rénové avec des peintures et des installations (Cenékunregar, catalogue ci-contre). Baptisé Essebaghine, il réunissait Zoubir Hellal, Noureddine Ferroukhi, Ammar Bouras, Karim Sergoua, Adlane Djeffal, Kheira Slimani, Myriam Aït el Hara et Djaoudet Guessouma.
"Comment vaincre le septicisme des uns et l’audace des autres face à la diversité des oeuvres en représentation, s’interrogeait le groupe dans un texte de décembre 2000, en forme de manifeste. Essebaghine autour d’un groupe de plasticiens en font leur cheval de bataille, provocation -subversion-révolution, en revendiquant l’autonomie, un refus d’obéir à la commande du goût, en imposant notre vision personnelle, en tentant de s’opposer à la spéculation douteuse et consensuelle d’une partie de la société qui se prétend mécène".
Durant l’été 2003, trois expositions du groupe, mêlant installations, peintures, performances, musique et poésie, devaient interroger les lieux qui les ont accueillis en Provence : "Un hôtel particulier à Forcalquier, l’immeuble Berluc avec son espace déambulatoire ; un château à la Tour d’Aigues et son dédale de caves ; une ancienne friche industrielle à La Belle de Mai de Marseille et sa salle des petites colonnes."



- 11 mai - 16 juin 2003, Immeuble Berluc, Forcalquier
- 3 - 15 juin, Festival "Art dans la Ville", Saint-Etienne
- 22 juin - 7 septembre, Château de la Tour d’Aigues
- 18 septembre - 12 octobre, "Djazaïr à la Friche", Friche de La Belle de Mai, Marseille

Lire aussi


Home | © algeriades 2000 - | Contact | |
Aucune reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation préalable de l'éditeur.