Algeriades > 2006 > Biennale des Cinémas arabes

  8e Biennale des cinémas arabes

La 8e édition de la Biennale des cinémas arabes à Paris présentait 16 longs métrages de fiction en compétition, dont El Manara de Belkacem Hadjadj, Barakat ! de Djamila Sahraoui, L’Immeuble Yacoubian (Omaret Yacoubian) de l’Egyptien Marwan Hamed (165 min., Egy, 2006), tiré du best-seller d’Alaa El Aswani, Juanita de Tanger de la Marocaine Farida Benlyazid (101 min., Mar/Esp, 2005), une adaptation de La vida perra de Juanita Narboni (La Chienne de vie de Juanita Narboni), le célèbre roman du Tangérois Ángel Vázquez, et Littoral, le premier film du Libano-Québecois Wajdi Mouawad (90 min., Lib/Can/Fr, 2003), adapté de sa pièce de théâtre homonyme qui lui a valu un Molière du Meilleur Auteur francophone 2005. Parmi 30 courts ou moyens métrages de fiction figuraient notamment 100% vaches de Yahia Mouzahem (15 min., Alg, 2005), La Pelote de laine de Fatma Zohra Zamoum (11 min., Fr, 2005) et Les Volets de Lyèce Boukhitine (13 min., Fr, 2005)

On pouvait en outre y voir 14 long-métrages documentaires dont El-Banate Dol (Ces filles-là) de l’Egyptien Tahani Rached (66 min., Egy, 2006), en sélection hors compétition à Cannes cette année, Lamine la fuite de Samia Chala, Amina ou la Confusion des sentiments de Laurette Mokrani et Sur ma ligne, le premier film du romancier Rachid Djaïdani (52 min., Fr, 2005).
La sélection comprenait également 11 courts et moyens métrages documentaires de moins de 50 minutes et parmi eux, Quelques miettes pour les oiseaux de Nassim Amaouche (28 min., Fr, 2005), Ça sera beau (from Beyrouth with love) de Waël Noureddine (31 min., Fr, 2005), La Femme seule de Brahim Fritah (24 min., Fr, 2004) et Les Passages sont ouverts, parfois... de Liana Badr, (45 min., Pal, 2006).

Lors de cette 8e édition décentralisée à Marseille et Poitiers, l’hommage était consacré à l’acteur égyptien Ahmed Zaki (1949-2005) dont une sélection de 10 films était projetée tous les soirs sur le parvis de l’IMA. Figure d’un cinéma égyptien qui a renoué avec une veine réaliste, celui en particulier de feu Atef al-Tayeb ou de Mohamed Khan, interprète mémorable de la vie de l’écrivain et penseur Taha Hussein, dans la série télévisée (Al-Ayâm, Les Jours), mais aussi des présidents Nasser et Sadate, il était sur le tournage d’une vie de Abdel Halim Hafez, lorsqu’il s’est éteint le 27 mars 2005 des suites d’un cancer.

Un "gros plan sur les productions Hot Spot pour la chaîne al-Jazeera" montrait une sélection de 6 films sur les thèmes de "Emigrés arabes en Amérique Latine" ou de "Littérature de prison", dont Mohammed Al-Maghout de Hala Mohammed (47 min., 2006) consacré au célèbre écrivain et dramaturge syrien décédé en avril.
Une séance spéciale donnait à découvrir Le Fils de la forêt de Tamer el-Zidi (96 min., 2004), le premier dessin animé du Koweït.

Une rencontre professionnelle enfin était organisée autour des conditions nécessaires à l’émergence d’un marché euro-arabe du cinéma.



- 22 - 30 juillet 2006, 8e Biennale des cinémas arabes, Paris / Institut du monde arabe | Marseille et Poitiers

Lire aussi
5e Biennale des cinémas arabes
7e Biennale des cinémas arabes
6e Biennale des cinémas arabes


Home | © algeriades 2000 - | Contact | |
Aucune reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation préalable de l'éditeur.