Algeriades > 2012 > Belkacem Hadjadj | بلقاسم حجاج

  El Manara

Liés par une grande amitié, trois jeunes vont être soumis à rude épreuve dans l’Algérie de la décennie noire. Au tournant de l’ouverture démocratique de 1989, Fawzi (Khaled Benaïssa) est un journaliste engagé dans l’aventure de la presse indépendante. Ramdane (Tarek Hadj Abdelhafid) est un médecin sensible aux préoccupations des petites gens et aux actions humanitaires des islamistes. Peu à peu, l’écart va se creuser entre eux au grand dam de leur amie Asma (Samia Meziane) qui tente vainement d’empêcher le déchirement du groupe. Et c’est peu de dire qu’au bout du voyage aucun des trois ne sortira indemne de la tourmente.
A travers une histoire d’amitié prise dans la spirale de la crise qui agit comme un broyeur, le film tente d’éclairer les contradictions et les archaïsmes d’une société à la fois enracinée dans son époque et attachée à ses croyances et à ses traditions. D’où la référence à l’héritage de tolérance symbolisé ici par le rituel d’El Manara (le phare), qui célèbre chaque année la naissance du Prophète dans la ville de Cherchell. Une fête populaire jugée hérétique par les fondamentalistes.

Vouloir revenir sur cette période de bouleversements dans le pays comportait quelques risques, à commencer par la difficulté à restituer toute la complexité des rapports et des engrenages qui ont amené aux émeutes d’octobre 88, à la répression qui fit plusieurs centaines de morts, à l’ouverture démocratique, à la dérive islamiste et à l’irruption d’une violence sans nom qui fit plus de 150 000 morts et des milliers de disparus. Le cinéaste Belkacem Hadjadj et le scénariste Tahar Boukella se tirent de cet exercice plutôt périlleux avec une maîtrise qui mérite d’être saluée. Constamment sur le fil du documentaire, avec des personnages tout en nuances, à l’image d’une société traversée par des courants contradictoires, El Manara participe à sa façon au devoir de mémoire et au travail de deuil qui doivent s’accomplir. Projeté durant plusieurs mois lors de séances spéciales, le film a régulièrement fait la preuve que le débat était possible et nécessaire.
Il faut en outre saluer le collectif de jeunes acteurs qui porte le film, d’où émerge notamment Sofia Nouaceur en jeune fille effarouchée qui trouve l’énergie de se révolter dans un précieux moment de cinéma (image ci-contre).

Avec un petit budget de 35 millions de dinars algériens (350 000 euros), El Manara, qui compte parmi les rares films d’initiative algérienne des cinq dernières années, a été tourné en DV. Projeté en avant-première le 30 octobre 2004 à Alger, sélectionné au Caire, en compétition officielle à Carthage, primé au dernier Fespaco, il est sorti en avril 2005 sur les écrans d’Alger, Tizi Ouzou, Béjaïa, Annaba et Constantine. Depuis mai 2007, le film est également visible en France.



- 27 - 30 janvier 2012, "Voyage de l’autre côté du miroir", Vincennes / Rencontres internationales du cinéma "Patrimoine et prix Henri Langlois"
- 13 mars 2010, Montpellier / Médiathèque Jean-Jacques Rousseau / "Regard sur le Cinéma algérien" en Languedoc-Roussillon

- 4 - 11 juillet 2008, Foix / Festival Resistances
- 2 - 10 mai 2007, Tlemcen / Maison de la Culture Abdelkader Alloula / Semaine culturelle
- 28 avril - 13 mai 2008, Orléans / Quinzaine du Cinéma et du Livre algériens
- 22 mars 2007, Centre Culturel Algérien, Paris 15è
- 22 - 30 juillet 2006, 8ème Biennale des Cinémas arabes, Paris / Institut du Monde Arabe | Marseille | Poitiers
- 26 avril - 7 mai 2006, 2è Festival international du Film oriental de Genève
- 20 - 27 avril 2006, Confrontation 42, “Avoir 20 ans”, Perpignan
- March 15 - 19, 2006, 5th Francophone Film Festival of Kalamazoo, Michigan, USA
- November 25 - December 11, 2005, 13th New York African Diaspora Film Festival
- 6 - 16 Oktober 2005, Films from the South, Oslo
- 14 - 20 mars 2005, 15è Festival del Cinema Africano d’Asia e America Latina di Milano
- 26 février - 5 mars 2005, 19è Fespaco de Ouagadougou
- 30 novembre - 10 décembre 2004, 28e Festival du Film du Caire
- 1er - 9 octobre 2004, Journées Cinématographiques de Carthage



El Manara
un film de Belkacem Hadjadj
(Fict., 90 min., Alg, 2004)
Avec Samia Meziane, Tarek Hadj Abdelhafid, Khaled Benaïssa, Sofia Nouaceur, Nacer Chenouf, Hichem Mesbah
- Sortie en Algérie : 7 avril 2005

- Sortie en France : 9 mai 2007



Distribution en France : Les Films des deux rives

Lire aussi
Fadhma n’Soumer de Belkacem Hadjadj
Une femme taxi à Sidi Bel Abbès
Belkacem Hadjadj


Home | © algeriades 2000 - | Contact | |
Aucune reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation préalable de l'éditeur.