Algeriades > 2010 > Avril 80

  Avril 80. Insurgés et officiels du pouvoir racontent le Printemps berbère

"Pour la première fois réunis dans un même ouvrage, des insurgés d’Avril 80 et des officiels, qui étaient aux premières lignes de défense du pouvoir, racontent le « Printemps berbère ». Ils s’étaient affrontés avec conviction, parfois violemment ; ils en parlent avec sérénité, sans haine. A des degrés divers, ils ont accepté de se découvrir sans fard, et pour certains, de livrer leur intimité profonde, n’occultant ni leurs angoisses, ni leurs doutes, ni leurs faiblesses.

L’ambition de ce livre n’est pas d’écrire l’histoire d’un mouvement qui a imposé un irréversible point d’inflexion à un régime autiste. Mais de fixer quelques repères de l’insurrection citoyenne, à travers les histoires multiples, profondément humaines et dans une subjectivité assumée, de quelques acteurs de premier plan. Avec le souci, pour les uns, de rendre compte de cette extraordinaire communion dans la quête d’un même idéal : la liberté. Et pour les autres, d’exprimer le soulagement d’avoir limité les dégâts.

Malgré une stratégie singulière qui avait répudié la violence, le pari des insurgés d’Avril 80 était bien périlleux. Face à un pouvoir dopé à l’intolérance d’une idéologie hybride, le
« socialisme arabo-islamique », qui ne faisait pas dans le détail, la contestation risquait de s’écraser contre un cocktail morbide d’autoritarisme soviétique et de despotisme oriental.

Trente ans après le sursaut de ce Printemps au parfum de gaz lacrymogènes, le bilan de luttes perverties laisse une étrange sensation d’acte manqué. Pris entre les mâchoires d’une même tenaille durant la terreur des années 90, l’espoir réinventé sera tragiquement enterré par la sanglante provocation du
« Printemps noir » de 2001. Ses 126 morts, sacrifiés par la conjonction de la bêtise et de la haine, finiront dans les statistiques de la « tragédie nationale », au nom d’une « réconciliation » frelatée. Dans une intolérable impunité. De locomotive démocratique qui rêvait d’entrainer le pays dans sa palpitante aventure, la Kabylie, livrée au désordre de la délinquance, au racket du « terrorisme résiduel » et à la rapine des nouvelles féodalités locales, est réduite au rôle peu glorieux d’instrument dans les jeux du sérail.

Nous sommes donc revenus à la case départ, dans un environnement encore plus hostile. Par ces temps d’impasse politique, de régression sociale et d’incertitudes sur l’avenir, l’esprit du « Printemps berbère » mérite d’être revisité. Dans notre histoire tourmentée, c’est une étape salutaire de ressourcement."
(Extrait de l’avant-propos)



Avril 80. Insurgés et officiels du pouvoir racontent le Printemps berbère
Ouvrage collectif, coordonné par Arezki Aït Larbi
Avec la collaboration de : Abdelhak Bérerhi - Salem Chaker - Ihsen El Kadi - Hassen Hirèche - El Hadi Khédiri - Saïd Khelil - Ferhat Méhenni - Mouloud Lounaouci - Méziane Ourad - Mohand Waâmar Ousalem - Hamid Sidi Said - Aziz Tari
(Alger, Koukou, 2010)
Parution : 17 avril

Lire aussi


Home | © algeriades 2000 - | Contact | |
Aucune reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation préalable de l'éditeur.