Algeriades > 2020 > Anna Gréki

  Anna Gréki : The Streets of Algiers and Other Poems (2020)

Disponible depuis le 25 septembre, The Streets of Algiers d’Anna Gréki (Smokestack Books, 2020) est la première traduction en anglais de son deuxième recueil, Temps forts, publié à Paris quelques mois après sa mort en 1966.

Anna Gréki, juste au dessus du silence (Terrasses éd., 02/2020) présente un choix de poèmes issus des deux recueils de la poétesse algérienne, Algérie Capitale Alger (1963) et Temps forts. (1966). "Les poèmes sont présentés avec leur traduction en arabe par la poétesse algéroise Lamis Saidi – "accompagnés d’une série de ses articles politiques et d’écrits sur l’art publiés dans la presse entre 1962 et 1966".

Née Anna Colette Grégoire, en 1931 à Batna, elle est marquée par son enfance passée à Menaa dans les Aurès où son père était instituteur. Après ses études primaires à Collo, puis le lycée à Philippeville (auj. Skikda), elle interrompt ses études supérieures de lettres à Paris pour rejoindre le combat pour l’indépendance de l’Algérie.

Institutrice à Bône (auj. Annaba), militante du Parti communiste algérien, elle est arrêtée en mars 1957, torturée à la villa Sésini et incarcérée à la prison Barberousse (auj. Serkadji) d’Alger aux côtés d’une quarantaine de moudjahidate. C’est là dans une cellule de Barberousse qu’elle compose un recueil de poèmes sous le pseudonyme d’Anna Gréki. En 1963, Algérie Capitale Alger est publié par l’éditeur Pierre-Jean Oswald à Tunis, avec une préface de Mostefa Lacheraf et une traduction en arabe de Tahar Cheriaa.

Transférée en novembre 1958 au camp de transit et de triage de Beni Messous, puis expulsée d’Algérie six mois plus tard vers la France, elle rejoindra son mari Jean-Claude Melki à Tunis en 1960. Rentrée en Algérie à l’indépendance, elle achève une licence en 1965 et devient professeure de français au lycée Émir Abd el-Kader à Alger.

Elle meurt brutalement le 6 janvier 1966 à Alger, après un accouchement. Elle n’avait que 35 ans. Temps forts, son second recueil, paraît la même année aux éditions Présence africaine à Paris. Anna Gréki a également laissé un roman inachevé.



- 13 février 2020, présentation du livre Anna Gréki, juste au-dessus du silence par Lamis Saidi, Alger / Les Glycines / Centre d’études diocésain
- 25 mars 2017, Anna Gréki. Les Mots d’amour, les mots de guerre de Abderrahmane Djelfaoui (Alger, Casbah, 2016), Paris / Salon du livre
- 4 mars 2017, Anna Gréki. Les Mots d’amour, les mots de guerre de Abderrahmane Djelfaoui (Alger, Casbah, 2016), Mostaganem / Bibliothèque municipale
- 5 - 20 mars 2016, Anna Greki par Gisèle Sans, Printemps des poètes



Alger la blanche

"J’habite une ville si candide
Qu’on l’appelle Alger la blanche
Ses maisons chaulées sont suspendues
En cascade en pain de sucre
En coquilles d’œufs brisés
En lait de lumière solaire
En éblouissante lessive passée au bleu
En plein milieu
De tout le bleu
D’une pomme bleue
Je tourne sur moi-même
Et je bats ce sucre bleu du ciel
Et je bats cette neige bleue du ciel
Bâtis sur des îles battues qui furent mille
Ville audacieuse Ville démarrée
Ville au large rapide à l’aventure
On l’appelle El Djezaïr
Comme un navire
De la compagnie Charles le Borgne.
"

Anna Gréki, Algérie Capitale Alger



The Streets of Algiers and Other Poems by Anna Gréki
Translated in english by Cristina Viti and Souheila Haїmiche
(Smokestack Books, 2020)
- Release date : 25 September


Anna Gréki juste au dessus du silence
Traduction en arabe par Lamis Saidi
(Terrasses, 2020)



- Algérie Capitale Alger
(Tunis, S.N.E.D. - Coll. J’exige la parole, 1963)
Préface de Mostefa Lacheraf
Traduction en arabe de Tahar Cheriaa
Illustrations, graphisme d’Edgar Naccache
- Temps forts
(Paris, Présence africaine, 1966)

Lire aussi


Home | © algeriades 2000 - | Contact | |
Aucune reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation préalable de l'éditeur.