Algeriades > 2017 > Amar Ezzahi

  Amar Ezzahi (1941-2016)

Amar Ezzahi, l’une des grandes figures du chaâbi, s’est éteint le 30 novembre 2016 à Alger. Né à Aïn El Hammam, le jeune Amar Aït Zaï, s’est établi à Alger dans les années 1950. Dans les années 1960-1970, s’inspirant de Boudjemaa El Ankis, l’une des têtes d’affiche du chaabi, il fait ses débuts en interprétant une quinzaine de textes et de compositions de Mahboub Bati.
D’une grande humilité, Amar Ezzahi a mené une vie d’ascète. Après tout au plus une dizaine d’enregistrements pour la télévision et la radio, l’artiste se retirera durablement des médias et des projecteurs, se contentant de cérémonies de mariage, dont il reste de nombreux enregistrements sur les réseaux sociaux. Orphelin, il n’avait ni femme ni enfants et avait toujours refusé, dit-on, d’encaisser ses droits d’auteur.
En 1987, Amar Ezzahi remontait sur scène pour un unique concert à la salle Ibn Khaldoun à Alger.
Il y avait foule à son enterrement au cimetière El-Kettar, où l’ont précédé d’El Hadj M’Hamed El Anka (1907-1978) et Boudjemâa El Ankis (1927-2015).



3 décembre 2017, Hommage à Amar Ezzahi, Paris / Institut du monde arabe

Lire aussi


Home | © algeriades 2000 - | Contact | |
Aucune reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation préalable de l'éditeur.